exemple

Triosmart, le film pastique recyclé pour maraîchers

Flux RSS des actualités

Triosmart est une innovation technologique, organisationnelle et un nouveau modèle économique qui se dessine avec ce plastique.

Ce principe d’économie circulaire est appliqué car les Maraichers Nantais utilisent beaucoup de films plastiques pour protéger leurs cultures, Trioplast a trouvé un nouveau moyen de les recycler.

Dans le projet Smart, l’idée est que les plastiques usagés puissent servir à faire de nouveau plastiques maraichers avec des films recyclés.

L’entreprise Bouyer est une entreprise familiale située à la Chapelle-Basse-Mer, Louis Bouyer est associé à son frère Bertrand Bouyer depuis 10 ans. « J’ai repris la suite de mon père, avec une exploitation de plus de 100 ha, nous produisons principalement de la mâche, des poireaux, des carottes et du muguet ». Chez eux, le maraichage est une affaire de famille, puisque sa femme et sa belle-sœur sont les secrétaires de l’exploitation.

Fils de maraichers, Louis a fait des études en horticulture, il a repris l’exploitation de son père en 2006, à l’époque il n’y avait que 25 ha. L’entreprise a bien progressé grâce à de bons choix culturaux et organisationnels et le soutien de la coopérative Océane, notamment au niveau de la stratégie commerciale. Parmi leurs clients, Louis et Bertrand comptent les enseignes de grandes surfaces françaises et étrangères.

Un projet entièrement nouveau et innovant

« Nous travaillons avec Trioplast depuis de nombreuses années, mais nous sommes depuis 4 ans partenaire de Trioplast via la Fédération des Maraichers Nantais pour le projet « Smart » » explique-t-il.

L’idée est née, du pôle de compétitivité Végépolys (la référence mondiale sur l’innovation végétale), ils recherchaient un producteur afin de travailler en partenariat avec Trioplast. « Ce projet nous intéressait énormément, puisque l’on travaillait déjà avec la Fédération des Maraichers Nantais sur un projet de recyclage du film plastique, mais nous recherchions d’autres systèmes ; pour aller plus loin ; c’est pourquoi nous avons décidé de travailler en collaboration pour développer le projet Smart ». Dans ce projet, Trioplast a collaboré avec plusieurs intervenants : IPM, CDDM pour le technique, Agro Campus Ouest et l’EMNA laboratoire d’économie et de management de l’université de Nantes. Au fil du temps, l’étroite collaboration entre l’entreprise Bouyer, Trioplast et les différents intervenants a contribué au développement du projet Smart, « Ce qui me plait le plus dans ce projet c’est l’aspect environnemental, et le fait de réutiliser nos plastiques, afin de donner une meilleure image aux agriculteurs souvent appelés « agriculteurs pollueurs » » déclare-t-il.

La région Nantaise produit aujourd’hui 5000 tonnes de plastiques usagés. Historiquement le plastique était brulé ou enfoui. Les agriculteurs n’étaient pas fiers de cela mais aucun autre moyen ne se présentait à eux, puisqu’il n’y avait personne pour récupérer les films plastiques usagés.

Mais en 1995 une usine de recyclage avait ouvert, c’était l’occasion pour Louis de recycler son plastique, mais les agriculteurs ne connaissaient pas la finalité de ce dernier. « L’avantage de travailler avec le système Trioplast est de pouvoir connaitre la finalité de recyclage de nos films plastiques » explique-t-il.

Ce ne sont plus des déchets mais des matières de seconde génération qui vont pouvoir être valorisées. « Un coté environnemental attrayant afin que nos enfants aient une planète propre ! » ajoute-t-il.

Louis Bouyer est satisfait de la collaboration avec Trioplast.

« Je suis aujourd’hui très satisfait de travailler avec Trioplast, c’est une ouverture dans le monde agricole, Trioplast a su valoriser le plastique tout en gardant les qualités du produit » indique Louis. Les maraichers, ont la possibilité aujourd’hui d’avoir un plastique produit à partir de granulés recyclés avec les mêmes propriétés mécaniques qu’un film plastique vierge. Et ça c’est une belle innovation dans le monde des maraichers.

Louis explique qu’il est souvent difficile de motiver un agriculteur à travailler avec une entreprise qui a une vision industrielle et pour y arriver il faut avant tout s’adapter » déclare-il. « Trioplast est proche du terrain, nous avons mené le travail ensemble et vous avez su vous adapter à nos contraintes. C’est pour moi une clé majeure de la réussite du projet Smart » ajoute-t-il.